Alimentation et allaitement : comment les combiner?

- Maternité et soins des bébés
Alimentation et allaitement : comment les combiner?

L’allaitement du bébé est un moment spécial pour la mère et son enfant. Mais il arrive parfois que les nouvelles mamans se demandent si elles doivent manger des aliments en particulier pour leur santé et celle de leur bébé…

Voici donc quelques recommandations en ce qui a trait à l’alimentation des mamans pendant l’allaitement!

Bien manger pour refaire ses réserves

L’allaitement demande beaucoup d’énergie, et il est reconnu que la jeune maman peut déjà être fatiguée par son accouchement et par les défis qu’engendre la venue du nouveau membre de la famille. C’est pourquoi il est très important pour la maman de consommer ses 3 repas par jour et d’ajouter des collations saines et rassasiantes au besoin. Il est aussi nécessaire de boire beaucoup d’eau, car une certaine partie est transmise dans le lait maternel.

Ainsi, une alimentation variée riche en aliments de bases, comme les fruits, légumes, produits céréaliers à grains entiers, noix, légumineuses, poissons, œufs, etc., permettra de garder son niveau d’énergie à la hausse et d’avoir tous les nutriments nécessaires.

Pour ne pas manquer d’énergie, il est conseillé de suivre l’assiette équilibrée au dîner et au souper, c’est-à-dire viser 1/2 assiette de légumes, 1/4 assiette de produits céréaliers à grains entiers et 1/4 de l’assiette de protéines (viande, poisson, œuf, légumineuses, etc.).

Afin de s’assurer que les collations vous soutiennent bien, combinez une source de glucides (fruit, produit laitier, produit céréalier) et une source de protéines (fromage, noix, yogourt, beurre de noix, graines, boisson de soya,etc.).

Il n’est pas nécessaire d’ajouter un supplément alimentaire si la maman mange de façon variée et équilibrée.

À éviter pendant l’allaitement

Beaucoup de jeunes mamans désirent perdre le poids de grossesse rapidement, mais il n’est pas recommandé d’entamer un régime amaigrissant lors de l’allaitement ; ceci risque de nuire à la production de lait. De plus, les toxines sont emmagasinées dans les graisses et, en perdant du poids trop rapidement, cela peut les libérer et avoir des effets néfastes sur la santé du bébé.

La maman devrait également éviter les boissons énergisantes, qui peuvent contenir des composés dangereux pour le bébé. La caféine peut également passer dans le lait maternel, ce qui aura pour effet d’agiter le bébé. Les boissons décaféinées comme les tisanes ne causent toutefois pas de problème lors de l’allaitement.

L’alcool passe également dans le lait ; il faut donc éviter de boire de l’alcool dans les heures qui précèdent et qui suivent l’allaitement du moment de l’allaitement. La mère peut tout de même en prendre un peu, tout en gardant en tête qu’un verre d’alcool prend environ 2 à 3 heures pour être éliminé du lait maternel.

Effets de certains aliments sur le goût du lait

Certains aliments peuvent donner moins bon goût au lait maternel, ou lui transmettre une odeur différente. En règle générale, le bébé s’habitue à cette variété de goût et certaines études démontrent même que l’enfant apprend à aimer une variété d’aliments dès l’allaitement dû à cette transmission.

Si l’enfant réagit suite à l’ingestion de la maman à un aliment en particulier (on le voit souvent avec les oignons, l’ail, les asperges, le brocoli et le chou,), il est recommandé d’enlever temporairement l’aliment de son régime et de le réintroduire quelques jours plus tard.

Dans tous les cas, la maman se doit d’être à l’écoute de son corps, afin de lui fournir les bonnes quantités d’aliments, mais doit surtout être à l’écoute des réactions de son bébé afin d’ajuster son alimentation si besoin est.

Par Alexandra Leduc

Alexandra Leduc est nutritionniste, auteure et conférencière. Son plus grand plaisir est de créer des recettes simples et savoureuses avec des ingrédients accessibles. On peut manger santé sans avoir à dévaliser une boutique d’alimentation biologique, ni avoir l’étoffe d’un grand chef. Ses différentes expériences en nutrition et en cuisine lui permettent d’outiller les professionnels de la santé et la population pour une meilleure santé passant par l’alimentation.